Yzico

La roadmap de l'entrepreneur (Partie 2)

La roadmap est l'outil incontournable des entrepreneurs pour avancer dans les meilleures conditions

Un article de
Paul BERR
Chargé d’accompagnement et d’animation

Parole d’experts

Entrepreneur : avancez dans les meilleurs conditions.

Le 30 novembre 2022

La roadmap est l'outil incontournable des entrepreneurs. Découvrez les dernières étapes pour avancer dans les meilleures conditions.

Entrepreneur : avancez dans les meilleurs conditions.

Vous souhaitez lancer votre activité, votre entreprise, votre société ou encore votre association et vous avez commencé à suivre la road map préférée des entrepreneurs ?   

Paul BERR, chargé d’accompagnement et d’animation chez Yzico vous présente la seconde partie de cette roadmap, qu’il utilise au quotidien pour accompagner les porteurs de projet. Retrouvez dans cet article, les dernières étapes fondamentales qui détaille les éléments obligatoires à valider pour avancer dans les meilleures conditions. 

Etapes 1, 2, 3 et 4

Retrouvez les premières étapes de la roadmap de l’entrepreneur dans la partie 1 consacrée à la conception de l’idée, l’étude de marché, la collecte d’information, jusqu’à la définition du modèle économique.

Etape 5 : Expérimentation terrain ou prototypage

Après avoir conçu votre modèle économique , il est temps de passer à l’action pour tester les différents scénarios et prises de décision envisagés. L’intérêt de l’expérimentation est de ne pas aller trop loin en étant confronté aux clients potentiels pour vérifier vous avez choisi la bonne offre au bon moment, au bon endroit. Cette première phase permettra de réajuster les idées sans forcément avoir à immatriculer l’entreprise ou d’investir largement dans votre activité.

Prototypage

La chaîne de valeur étant planifiée, il faut commencer par mettre en place les relations avec les différents professionnels choisis pour essayer votre chaîne de valeur dans sa globalité.

Que ce soient les fournisseurs, les prestataires, les sous-traitants, prenez le temps d’échanger et de préparer le terrain avec les différentes parties prenantes pour vous rendre compte des blocages sinon préciser les informations dans votre modèle économique. 

Cahier des charges

Le cahier des charges revient à faire le lien entre l’offre, la gamme de produit/service que vous déclinez pour satisfaire vos clients et les professionnels vers qui vous allez déléguer une partie de votre chaîne de valeur. Que ce soient des fournisseurs, des prestataires, des sous-traitants, vous devez vous mettre d’accord sur qui fait quoi mais également les limites de ce que peuvent proposer ces professionnels : qualité, engagement, volume, délai, … vous devez être en accord avec les possibilités des professionnels choisis, les plus proches de ce que vous avez projeté.

Obtention des devis

Pour se rendre compte d’une première version du coût de revient, vous aurez besoin de connaître l’ensemble des coûts dus à l’appel des fournisseurs, des prestataires et des sous-traitants. Le coût de revient évoluera en fonction des volumes de commandes ou en fonction des termes négociés.

Il est important d’être sensibilisé au véritable coût de revient pour approfondir votre modèle économique. La seconde version du coût de revient intégrera l’ensemble des coûts dus aux services supports que vous recruterez ou externaliserez. Ce coût de revient vous permettra ainsi d’apercevoir la marge commerciale.

Attention du fait d'une démarche de prototypage, de mise en conformité et de communication à outrance, il est important de mettre en place des outils de protection de propriété intellectuelle, une certaine réserve sur les détails sinon un accord de confidentialité sur l'ensemble des éléments critiques amenant à un avantage concurrentiel ou pouvant intéresser la concurrence. Tu dois sécuriser toute sortie d'informations. Il est utile à ce stade de prendre attache avec l'INPI sinon un cabinet d'avocats spécialisé.

Présence large

Plus tu avances dans ta roadmap, plus il sera important d’être identifié, présent et actif dans l’écosystème pour préparer ta création d’activité, d’entreprise. De même, pour les clients, il sera de plus en plus utile de te rendre à leur encontre pour vérifier la teneur de tes choix puisque plus tu avances dans ta roadmap, plus les risques encourus seront lourds.

Du fait des différentes tâches qu’il te reste à effectuer, tu dois miser sur des moyens peu coûteux avec un maximum d’impacts, d’interactions et de visibilité. Aussi, tu vas privilégier les salons, les réseaux sociaux, ton propre site internet.

Attention à ne pas s’éparpiller ou à multiplier les actions de communication qui vous prendront du temps. Limitez votre effort, par exemple en automatisant ou en déclinant une publication sur plusieurs plateformes, sans quoi vous risquez de prendre de plus en plus de temps pour vous professionnaliser et potentiellement vous détourner de vos autres missions.

A noter qu’il existe des dispositifs pour l’expérimentation qui pourront vous permettre un portage juridique, en d’autres termes d’intégrer une structure pour utiliser le cadre administratif/juridique, de déployer votre activité, le tout dans un statut social de salarié durant une période variable, renouvelable selon l’acteur choisi. Paul BERR vous présente de façon détaillée le dispositif de la couveuse d’entreprise, dans son article disponible sur sa page LinkedIn.

Statut de la micro-entreprise

Ce statut offre un accès facilité à l’activité professionnelle en allégeant les obligations déclaratives, fiscales et sociales. Il est un statut prévu pour expérimenter lors du lancement sans prendre des risques.

Attention cependant dans de trop nombreux cas, ce statut est mal compris dans sa technicité et est trop souvent utilisé comme un statut définitif à l’activité alors qu’il n’est pas optimisé pour réussir à évoluer… N’hésitez pas à envisager un RDV avec des professionnels dans l’accompagnement.

Accompagnement démarches franchise, innovation, ESS

A ce stade, il peut être nécessaire de refaire un tour d’horizon afin de multiplier et cumuler les dispositifs entre généralistes et spécialistes pour grossir le nombre d’acteurs dans votre réseau, approfondir les retours et développer l’entièreté de votre projet. Vous pouvez faire appel à des incubateurs qui offrent un suivi plus poussé sur le prototypage, l’expérimentation avec un accompagnement spécialisé sur ces problématiques.

Etape 6 : Construction du plan d’affaires 

Nous y sommes. L’étape de création se peaufine au loin. Mais avant cela, il est nécessaire de rédiger votre business plan (ou plan d’affaires) qui permettra de résumer l’ensemble du travail effectué sur les étapes 1 à 5, et celles restantes de 7 à 10. En d’autres termes, dans un document complet, il faut avoir la capacité de présenter votre profil, l’étude de marché, le modèle économique pour que l’ensemble des professionnels intégrant votre roadmap puissent comprendre les tenants et les aboutissants de votre projet entrepreneurial. 

Un business plan peut prendre plusieurs formes en fonction de ton interlocuteur. Tout comme un pitch, les parties seront à équilibrer pour avoir un plan d’affaires complet tout en mettant en avant des parties propices à l’échanges avec le professionnel concerné.  

Le business plan étant un document récapitulatif de votre démarche, il est nécessaire de protéger les envois, les accès pour ne pas avoir de fuite d’information. 

Rédaction des scénarios et stratégies sur 3-5 ans

La stratégie que vous devez retranscrire dans le business plan ainsi que les scénarios de lancement, de développement de l’activité, de votre entreprise, doivent être temporisés de 3 à 5 ans. Pourquoi ?

Année 1

L’année 1 déclenche le lancement de l’activité avec ses débuts de communication corporate (officialisation de l’entreprise, relance des clients en attente,…) . Elle débutera lors de l’immatriculation pour pouvoir lancer l’ensemble des démarches nécessitant d’avoir une responsabilité d’entreprise, en d’autres termes une responsabilité morale.

La seconde partie est la commercialisation. Vous devez la soutenir pour avoir des nouveaux clients réguliers sinon travailler la relation client.

La troisième partie est la production. Il sera opportun d’anticiper les délais et rester en contact permanent avec les fournisseurs, les prestataires et les sous-traitants afin de limiter les soucis en amont ou durant les premières commandes.

L’année 1 n’est jamais une année simple car en lancement, il faut généralement entre 4 à 6 mois pour réussir à avoir une communication qui fonctionne pour décrocher de manière régulière des clients. En fonction des financements, cette période évoluera. Les volumes ne feront qu’augmenter si vous soutenez les efforts. Pensez à vous fixer des objectifs à hauteur des ressources humaines, matérielles que vous mobiliserez. 

Année 2

L’avantage de l’année 2 est qu’elle est complète avec une activité commerciale du début à la fin de l’année. Très souvent, l’activité est en bonne voie lorsque vous atteignez une vitesse de croisière permettant l’autofinancement de l’activité, c’est-à-dire lorsque les charges sont financées par les achats de vos clients.

Néanmoins l’année 2 est propice à l’amélioration continue sur tous vos process.

Année 3

L’année 3 est l’année attendue par tout votre réseau mobilisé. Cette année doit vous permettre la mise en place du développement de l’activité, du déploiement de l’offre de produits/services, de votre entreprise.

En fonction du temps de lancement, du prototypage ou de recherche et développement plus poussé, il peut être nécessaire de développer un business plan sur plus que 3 années en vue de démontrer sur un temps plus long les scénarios et stratégies envisagés. 

Etablissement du prévisionnel financier

Une des parties la plus redoutée dans le business plan est le prévisionnel financier qui vient chiffrer toute la réflexion menée jusqu’ici.

Son établissement demande une méthodologie bien spécifique et des données chiffrées obtenues via l’étude de marché, ou encore les devis obtenus dans l’étape 5. Il restera que quelques données à valider : les charges des ressources humaines, les coûts des services supports, le besoin en financement, les moyens de financement, les fonds propres pour l’immatriculation.

Vous aurez la possibilité de développer plusieurs scénarios financiers sur la base des scénarios/stratégies développés dans la partie textuelle du business plan pour vous adapter en fonction de l’interlocuteur rencontré : scénario pessimiste, scénario optimiste ou scénario équilibré.

Découvrez comment construire votre prévisionnel financier dans cet article, disponible sur la page Linkedin de notre chargé d’accompagnement d’anté-créa, Paul BERR.

Veille sur les locaux professionnels

Les loyers sont estimés en fonction du cahier des charges du local développé dans le modèle économique et en fonction de l’état du marché de l’immobilier.

Il est nécessaire de prendre attache avec les services d’attractivité ou d’installation de la commune dans laquelle vous souhaitez vous installer ou l’agence de développement en charge d’un territoire couvrant la communauté de communes ou agglomérations ciblée, par exemple. Cela permettra de connaître en peu de temps les disponibilités sur les locaux ainsi que des aides à l’installation pour mettre à jour votre business plan.

« Si tu as la possibilité de réserver un local, n’hésitez pas si vous pouvez vous le permettre : les locaux vont et viennent rapidement. »

Veille sur les dispositifs financement

Il existe de nombreux dispositifs de financement qui permettront d’alourdir les fonds propres pour vous permettre de gagner en vitesse, grâce à des financements plus conséquents pour démarrer en toute sérénité avec les ressources nécessaires.

Le gros problème est l’apport au démarrage, que ce soit du capital social, de l’apport en compte courant d’associé ou de la love money, qui permettra de débloquer les garanties nécessaires à votre financement bancaire public et/ou privé.

Gardez en tête que si vous n’investissez pas de finance dans votre projet, ce ne seront pas les financeurs qui le feront à votre place. Vous devez vous inclure dans les financeurs. Pour vous aider dans le montage financier sans pour autant vous mettre davantage en danger, il existe plusieurs dispositifs à utiliser pour faire effet levier sur ton financement : garantie France Active, Prêt d’honneur Initative, micro-crédit ADIE, fonds spécifiques BPI… Paul BERR vous les présente juste ici.

Etape 7 : Vérification des prévisionnels financiers

Confrontation avec écosystème comptable et accompagnement

Le business plan et le prévisionnel financier sont les documents incontournables suivant le modèle économique qui seront challengés par les experts. La méthode est connue de votre réseau d’accompagnement, que ce soient des acteurs généralistes ou spécialistes, des conseillers en création d’entreprise, des experts-comptables, des banquiers ou des avocats.

Cette étape est mise en avant car l’établissement des prévisionnels financiers n’est pas une science exacte et dépend de nombreux indicateurs ainsi que de votre interlocuteur.

Il est nécessaire de multiplier les points de vue pour valider tous ensembles vos prévisionnels financiers, que ce soit en croisant plusieurs points de vue sinon plusieurs professions avec leur technicité. 

Confrontation avec écosystème financier

Les marchés financiers changent sans cesse et une banque vous ayant donné un accord peut, en quelques mois, se retirer du fait de sa politique, des aléas de l’économie du pays, des crises… De plus, la méthode de financement bancaire étant basée sur le risque, il est nécessaire de faire le point avec les chargés d’affaires professionnels pour vérifier que les chiffres indiqués dans les prévisionnels financiers sont suffisants pour obtenir un accord.

De même, aux alentours de 80 000 à 100 000 euros, une banque fera appel à un pool bancaire qui regroupera plusieurs banques voulant investir pour diminuer les risques encourus en les partageant entre chacune des entités.

Aussi pour éviter les surprises, n’hésitez pas à vous confronter régulièrement aux experts bancaires pour suivre leurs actualités et réagir en fonction.

Etape 8 : Recherche de financement

En fonction du financement nécessaire au démarrage de l’activité, il sera nécessaire de faire un tour d’horizon des différents dispositifs disponibles pour réussir à rassembler les fonds propres nécessaires. Pour éviter de la perte d’argent inutile et la prise de risque pour rien, il est opportun de pratiquer ce tour d’horizon avant l’immatriculation pour valider les scénarios de financement ainsi que les feux verts des financeurs. Comme pour le reste de votre projet entrepreneurial, il est judicieux d’anticiper les problèmes et leurs solutions pour réussir à arriver à vos fins.

Roadmap du financement

Cette feuille de route est utile dès le moment où vous devez mobiliser des fonds que vous ne pouvez obtenir par vous-même, cela dépend de votre situation financière ainsi que de vos soutiens privés. Cette roadmap te permettra d’envisager différents scénarios permettant différents montages financiers pour atteindre ton objectif.

Ne négligez pas le calendrier des demandes ainsi que les délais d’instruction voire de déblocage des fonds. Plus les montants sont élevés, plus les délais d’instruction avec les expertises dureront longtemps, généralement maximum 2-3 mois de délais.

Obtention d’accords

En fonction des scénarios, vous devrez vous rapprocher des structures pour déposer les dossiers de demande de financement. Chaque dossier prend un certain temps d’instruction : priorisez les financements qui permettront un effet levier ou les financements avec un long délais d’instruction pour compacter les délais de déblocage des fonds.

Les accords ne seront pas toujours à la hauteur espérée donc nous vous invitons à tenir un tableau de bord actualisant vos objectifs à savoir le reste des fonds à mobiliser et le résultat à savoir le total des accords obtenus.

Plus vous serez accompagné par des acteurs de l’accompagnement, plus vous aurez des gages de confiance à vos côtés qui joueront en votre faveur. 

Etape 9 : Création de l’entreprise

Le moment est arrivé d’officialiser votre activité en immatriculant votre entreprise. Que ce soit une entreprise individuelle ou une société, Paul BERR vous présente le déroulé des étapes pour vous puissiez y voir clair. A noter qu’il est possible de réaliser la plupart des étapes soi-même, ou d’externaliser l’immatriculation auprès d’un cabinet d’expertise comptable ou d’un cabinet d’avocats spécialisés.

Immatriculation

> RDV avec un cabinet comptable et/ou un cabinet d’avocats

Si ce n’est déjà fait, profitez autant que possible des expertises comptables et juridiques sur votre choix du statut juridique. Ce choix est basé sur un certain nombre de critères, la plupart du temps, il faut réfléchir au cas par cas. N’hésitez pas à challenger une dernière fois votre choix de statut juridique, tout comme les prévisionnels financiers.

> Pour une entreprise individuelle

Pour faire le lien avec l’étape 5, l’immatriculation pour une entreprise individuelle type EI ou micro-entreprise est facilitée pour lancer rapidement l’activité. Pour cela, vous pouvez vous rapprocher de la CCI, de la CMA ou de l’URSSAF mais sachez que tout immatriculation est déposable depuis le site internet formalites.entreprises.gouv.fr.

> Pour une société

L’immatriculation sera plus longue pour une société : type EURL et SASU pour un associé unique, SARL et SAS pour plusieurs associés.

Rapprochez-vous d’un expert des statuts juridiques pour établir les règles de fonctionnement de votre société à devenir. En quelques sortes, il s’agit d’un contrat entre vous, en tant que personnalité physique et la société à devenir, en tant que personnalité morale et potentiellement d’autres associés à venir, possiblement personnalités physiques et/ou morales.

Une annonce légale sera à publier auprès d’un journal officiel, annonçant de manière publique que vous avez créez une société.

Pour finaliser l’immatriculation, il est nécessaire d’envoyer les statuts, les attestations de dépôt du capital social ainsi que de la publication de l’annonce légale au greffier. Ce dernier vérifiera la bonne teneur des éléments et vous communiquera les documents officialisant votre immatriculation.

> Lancement/Souscription aux démarches en attente

L’immatriculation permet de reprendre toutes les démarches laissées en suspens le temps de l’officialisation ou qui demandent une personnalité morale. Vous êtes à présent dirigeant dans une personnalité morale, vous avez des fonds débloqués, et pouvez alors lancer largement votre activité selon la stratégie développée dans votre business plan.

Etape 10 : Développement d’activité

L’étape intervient une fois le lancement d’activité, réussi avec l’atteinte de votre vitesse de croisière pour vous permettre de dégager des premiers revenus ou des bénéfices. Ces premiers bénéfices demanderont à continuer de vous améliorer pour les optimiser sur l’existant. L’autre aspect vous demandera de continuer votre dynamique pour déployer l’offre de produits/services avec l’ensemble des gammes envisagées.

Vous commencerez petit mais le jeu est de grossir et de grandir. 

Mise en place de l’organisation

Au fur et à mesure que vous pouvez vous le permettre, soutenez les efforts pour continuer à stabiliser l’organisation interne/externe car, vous le verrez, votre activité principale n’est rien sans les services supports qui l’entourent. L’administratif en temps et en heure est votre objectif, car souvent la bête noire des entrepreneurs.

Gestion – Recrutement – Suivi

Au fur et à mesure que vous observez l’activité de votre entreprise, vous apprendrez à manager vos ressources, à anticiper et à réagir. Continuez à être entouré soit par des réseaux de jeunes entrepreneurs, soit par des experts dont comptable et juridique.

 

Vous avez un projet de création d’entreprise, une idée innovante ? Notre équipe vous accompagne dans toutes les étapes clés de votre aventure entrepreneuriale.

Vous souhaitez affiner votre projet ? Découvrez la méthodologie pour définir votre modèle économique dans l’article de Paul BERR, notre accompagnateur anté-création chez Yzico.

Ces articles
pourraient vous plaire

Pour toujours mieux vous accompagner

Découvrez également notre rubrique liée à l’actualité

Mesures à la une

Notre entreprise composée d’équipes lorraines, alsaciennes, parisiennes et champardennaises, ancrées depuis des décennies dans le Grand Est, leur assure une connaissance parfaite du territoire, pour comprendre le marché dans lequel évolue nos clients-entrepreneurs. Anticiper, conseiller, et accompagner le dirigeant dans un monde en perpétuel mouvement constitue l’ADN de notre entreprise.

Trouver mon agence Appeler