Yzico

La roadmap de l'entrepreneur (Partie 1)

La roadmap est l'outil incontournable des entrepreneurs pour avancer dans les meilleures conditions

Un article de
Paul BERR
Chargé d’accompagnement et d’animation

Parole d’experts

Entrepreneur : établissez une roadmap précise

Le 28 novembre 2022

La roadmap est l'outil incontournable des entrepreneurs pour avancer dans les meilleures conditions

Entrepreneur : établissez une roadmap précise

Vous souhaitez lancer votre activité, votre entreprise mais vous ne savez pas par où commencer ? Quelles questions se poser, quel cheminement de pensée suivre, quel rôle jouer, quel accompagnement obtenir ?

Paul BERR, chargé d’accompagnement chez Yzico vous présente la roadmap préférée des entrepreneurs, qu’il utilise au quotidien pour accompagner les porteurs de projet. Retrouvez dans cet article, la première partie de la feuille de route, déclinée en 10 étapes fondamentales, qui détaille les éléments obligatoires à valider pour avancer dans les meilleures conditions.  

Etape 1 : Phase d’idéation

Tout projet entrepreneurial commence par une opportunité à saisir. Cette opportunité demeure l’élément décisif pour vous aider à franchir le premier pas vers la création de votre entreprise. La phase d’idéation est la phase de réflexion/de compréhension nécessaire pour comprendre de quoi nous parlons et quel degré d’informations nous devons posséder pour vérifier le potentiel de l’opportunité.

Bases des premières connaissances

Être entrepreneur, c’est être polyvalent pour le lancement. Il n’est pas demandé de devenir expert dans tous les domaines de votre activité ou de tout gérer, mais de vous intéresser à toutes les dimensions de l’opportunité à saisir pour faciliter les échanges avec des experts qui vous soutiendront, vous accompagneront. 

Il est alors nécessaire de développer des premières bases de connaissances des métiers, des missions régulières, de l’organisation, des technologies utilisées, des recherches en cours, si cela est adapté à votre situation.

Vérification de l’opportunité à saisir

Avant de franchir le pas de l’entrepreneuriat, il est opportun de vérifier le potentiel de l’opportunité à saisir. D’ailleurs une opportunité d’affaires n’arrive jamais seule lorsque nous sommes au carrefour de notre vie professionnelle.

Cela revient à vérifier l’attractivité du marché, la médiatisation des acteurs, les politiques publiques, le partage d’un besoin auprès de client, la territorialité des entreprises créées… voire la durée de vie moyenne/la performance des entreprises croisées (vous pouvez rechercher ces infos sur les sites Infogreffe ou Pappers.com). Il est nécessaire de vérifier que tous les voyants sont au vert !

Etape 2 : Conception de l’idée

Ce passage à l’action entame la démarche projet et, pour se faire, il va être nécessaire de mettre en place toute la base de votre mode projet. Il s’agit du premier pas vers l’action qui permet de sauter le pas qu’encore beaucoup trop peu sautent… Cette base se construira autour de 3 axes à savoir vous, votre activité et votre accompagnement.

Vous

Dans tout projet d’une vie à une autre, il est important de gérer les risques liés au lancement/développement du projet. La première source de risque est l’humain qui porte le projet à savoir vous-même, votre situation personnelle, votre situation professionnelle.

Il est important de vérifier l’adéquation entre votre profil et votre projet. Commencer avec des problèmes n’est pas une bonne idée…

D’un côté, il faut gérer les risques familiaux que vous apportez dans le projet, l’entreprise. Pensez à vérifier l’acceptation, le soutien de votre famille ainsi que de vous fixer des limites à ne pas dépasser pour ne pas détériorer cet environnement privé – qui demeure d’autant plus important pour les entrepreneurs afin d’éviter l’isolement, d’obtenir du réconfort et de l’encouragement.

D’un autre côté, il faut gérer les risques financiers. A titre personnel déjà, il est préférable de ne pas être en difficultés car cela pourrait apporter des problèmes dans l’activité future.

A coups sûrs, en lançant votre activité, votre situation se détériorera. Aussi il faut être en capacité financière d’investir dans son projet un minimum sans emprunter auprès d’un financeur. 

A cette étape de conception de votre idée, il est important de vérifier que vous possédez un minimum d’expériences professionnelles dans le domaine d’activité dans lequel vous allez vous lancer. Si ce n’est pas le cas, la formation peut être envisagée. Dans le cas d’activités réglementées, un diplôme ou autres certifications seront exigés lors de la création de l’entreprise. En cas de reconversion, vous pouvez être accompagné sur cet aspect avant de vous lancer dans l’entrepreneuriat.

Il ne faut pas négliger non plus les risques carrières que vous apportez dans votre projet.

En fonction de l’avancée de votre carrière professionnelle : assurez-vous en cas de début de carrière que vous avez le bagage nécessaire pour être suffisamment considérer / en fin de carrière que vous avez la possibilité de retour à l’emploi en cas d’arrêt du projet, sinon vos droits à la retraite. 

Votre activité

A ce stade du cheminement, vous devez être en mesure de présenter l’idée générale que vous souhaitez développer ainsi que les premières informations que vous avez récoltées et même les scénarios envisagés et ainsi avoir une vue d’ensemble sur votre avancement dans la roadmap. Vous êtes capable de faire votre pitch.

Le pitch est un exercice de communication qui arrive à passer l’ensemble des messages en très peu de mots, de temps ou de supports. Celui-ci évoluera en fonction des avancées dans la roadmap, dans le projet sinon en fonction des actualités et du public.

Votre accompagnement

Un des premiers voire le principal objectif du pitch est de communiquer pour être identifié et passer des messages sur ses besoins actuels. Ces besoins offrent la possibilité à des acteurs de l’écosystème entrepreneurial de juger de l’intérêt de leur intervention sinon la facilitation à mettre en place pour trouver un acteur intermédiaire, en amont de leur accompagnement. L’écosystème est bienveillant et n’hésitera pas à aider car à la base de leur accompagnement.

L’autre possibilité est de te renseigner auprès des pouvoirs publics ainsi que leurs branches dans l’accompagnement entrepreneurial pour connaître les premiers dispositifs d’aide qui permettront d’obtenir un premier conseil, puis par la force des choses d’obtenir des mises en relation pour être soutenu tout au long de ton parcours (Pôle Emploi, chambre consulaire, Pôles Pépite, Région…).

Votre accompagnement sera important pour gagner du temps en vous confrontant à des professionnels qui ont vu et sûrement revu votre activité, votre entreprise et qui sauront vous aider dans votre étude de marché sinon gagner du poids en professionnalisant votre démarche. De même, il est prouvé que l’accompagnement augmente les chances de pérennisation des projets au-delà du cap fatidique des 3 ans. 

Etape 3 : Etude de marché

L’étude de marché est une étape primordiale à ne pas prendre à la légère. Celle-ci déterminera vos axes de recherche des informations à valider pour avancer, sinon à terme, l’offre à proposer à vos clients. En regardant de près comme de loin le marché, il sera plus aisé de comprendre l’offre et la demande à réunir autour de votre projet. Mais l’étude de marché est tout un art qui demande d’être conseillé pour ne pas aller trop loin, ne pas se perdre et poser les objectifs.

Veille documentaire

La veille documentaire consiste à approfondir les premières connaissances de l’étape 1 avec un œil macro-économique, c’est-à-dire avec du recul et sur la globalité d’un marché, pour mieux comprendre les contextes, les tendances, l’historique, les évolutions pour approfondir votre projet.

Vous pouvez facilement trouver des études auprès des ministères ou auprès d’associations/de syndicats professionnels desquels l’activité dépend sinon, il est possible de mettre en place des outils de veille pour connaître en temps réel les sujets en rapport avec ton secteur, en nombre et avec les accès directs (c’est ce que propose Google Alert).

L’autre aspect de la veille documentaire est de s’intéresser de près comme de loin aux clients potentiels pour déterminer des premiers profils clients ou du moins les principaux besoins et caractéristiques commencent à déterminer votre offre.

Il est important d’adapter les recherches au territoire pour ne pas débroussailler trop large avec votre étude. Plus vous rechercherez des informations proches de votre échelle, plus vous utiliserez votre œil micro-économique, c’est-à-dire avec de la pertinence du terrain et du concret.

Etat de l’art et Benchmarking

L’étude de marché doit intégrer les concurrents via une étude de l’art pour mieux comprendre les processus, les procédés, les technologies, … tout ce qui peut être un avantage concurrentiel pour monter des barrières à votre entrée car vous ne serez pas assez compétitif et/ou via un benchmarking qui permet de référencer les offres concurrentes, de constituer des premières connaissances des entreprises pour mieux vous comparer à elles.

Questionnaires

La diffusion d’un questionnaire est une étape de proximité avec un public, dont des clients potentiels. Diffuser des questionnaires vise à alerter et à intéresser sur l’arrivée de votre offre de produit/service sur le marché.

C’est un outil largement utilisé et qui a fait ses preuves sur les retours directs du public à l’idée, l’opportunité, l’offre, l’activité, l’entreprise… bref tout le concept que vous souhaitez mettre en place. 

La conception d’un questionnaire demande une méthodologie de construction des questions, de captation des données, de diffusion et d’analyse des résultats pour réaliser l’exercice et obtenir l’ensemble des informations nécessaires à la poursuite du projet avec et pour les clients. Pour ce faire, des moyens numériques gratuits existent, comme Google Form.

Ces questionnaires peuvent être enrichis d’entretiens avec échantillons (ou Focus Group). Là encore, l’analyse des résultats permettra de justifier votre idée et à définir votre modèle économique avec une stratégie de lancement et une stratégie de lancement/développement.

Etape 4 : Conception du modèle économique

Qu’allez-vous vendre ? Auprès de quelle typologie de clientèle ? Pourquoi ? De quelle façon ? Et, pour en tirer quel bénéfice ? Il est important que vous soyez capable de répondre à toutes ces questions.

Définir son modèle économique consiste à expliquer, de façon simple, globale et complète votre vision de votre activité et de l’entreprise que vous souhaitez créer.

Heureusement, Paul BERR, notre chargé d’accompagnement vous dévoile ses conseils et ses recommandations pour réussir cet exercice dans cet article dédié : Modèle économique : posez-vous les bonnes questions sur votre projet .

Etape 5, 6, 7, 8, 9 et… 10 : à suivre

Retrouvez les dernières étapes de la roadmap de l’entrepreneur dans une partie 2 qui sera consacrée aux aspects commerciaux, financiers et administratifs.

Ces articles
pourraient vous plaire

Pour toujours mieux vous accompagner

Préparer sereinement vos déclarations d’impôt

Découvrir

Notre entreprise composée d’équipes lorraines, alsaciennes, parisiennes et champardennaises, ancrées depuis des décennies dans le Grand Est, leur assure une connaissance parfaite du territoire, pour comprendre le marché dans lequel évolue nos clients-entrepreneurs. Anticiper, conseiller, et accompagner le dirigeant dans un monde en perpétuel mouvement constitue l’ADN de notre entreprise.

Yzico utilise des cookies à des fins d’analyses statistiques des visites du site. Votre choix est conservé pour une durée de 365 jours. Vous pouvez changer d’avis à tout moment en vous rendant sur la page Politique de confidentialité. Le refus des cookies n’a aucune conséquence sur votre navigation.

Personnaliser Accepter

Trouver mon agence Appeler