Imprimer

installer de nouvelles pépites en lorraine fondation yzico et peel

Lancé dans la foulée de la création de la Fondation Yzico, sous l’égide de la Fondation de France, le partenariat avec le Pôle entrepreunariat étudiant de Lorraine (PeeL) est une réussite exemplaire et monte en puissance. Promouvoir les talents lorrains et les garder dans la région : explication d’une formule gagnante avec Yann Ollivier.

C'EST DEMAIN > Pourquoi La fondation Yzico soutient-elle le PeeL ?

Yann Ollivier.- Cela correspond à notre volonté de soutenir un projet sociétal. La Fondation Yzico, créée en 2016, se donne pour mission de favoriser l’émergence de nouvelles entreprises dès l’étape projet. Les étudiants-entrepreneurs représentent ce profil de nouveaux talents. Nous sommes partis la première année à 150 projets soutenus. Le nombre ne cesse de croître : 240 projets en 2018 et 340 en 2019. Promouvoir les talents Lorrains est un vrai défi. La Fondation Yzico est née de ce constat : la Lorraine compte de nombreux jeunes talents qui souvent font aboutir leurs projets dans d’autres régions. Ma rencontre avec Christophe Schmitt, responsable du PeeL de l’Université de Lorraine, allait dans ce sens : installer de nouvelles pépites en Lorraine et les garder sur notre territoire. La formation en est un maillon essentiel. Elle est de très grande qualité en Lorraine. Il est dommage de former d’excellents techniciens et ingénieurs pour en faire profiter d’autres territoires. Évitons la fuite des talents. 

Christophe Schmitt.- L’idée du partenariat est simple. Comment permettre une fertilisation croisée entre nos compétences respectives au niveau de l’entrepreneuriat à destination des étudiants entrepreneurs ? Ce partenariat existe depuis trois ans et nous avons appris à nous connaître et à nous comprendre. Nous avons la même ambition, développer la culture entrepreneuriale des jeunes, mais pas forcément le même langage et les mêmes actions pour y parvenir. Dit autrement, nous détenions chacune des pièces du puzzle mais pas l’intégralité. 

C'EST DEMAIN > Comment cela se concrétise-t-il ? par quels moyens humaines et de compétences ?

Yann Ollivier.- Le Groupe Yzico apporte l’expertise de ses équipes, la densité de ses réseaux, sa connaissance de l’écosystème économique régional. Le jeune créateur de 2019 veut donner plus de sens à son projet, en portant les valeurs de l’économie solidaire, les circuits courts, la protection de l’environnement. Ces étudiants-entrepreneurs sont souvent pointus dans leur domaine technique. En revanche, ils
manquent de compétences économiques et sociales. Nous les accompagnons dans les aspects prévisionnels financiers, le meilleur statut juridique à adopter, le respect des normes complexes et sur les exigences
d’une gestion saine. L’objectif est de permettre à chaque étudiant-entrepreneur de devenir autonome et indépendant. Notre groupe travaille sur les aspects théorique et pratique, en respectant la spécificité
de chaque projet.

Christophe Schmitt.- Nous avons commencé par des réunions entre chargés de projet du PeeL et experts-comptables pour se comprendre. Il est important pour les uns et les autres de s’acculturer avant de
construire des choses ensemble. Il s’agissait de comprendre le rôle des uns et des autres et pour nous de comprendre à quoi sert un expert-comptable pour bien le positionner dans le processus entrepreneurial.
De l’autre côté, il fallait comprendre notre rôle dans la chaîne de l’entrepreneuriat. En effet, nous proposons un accompagnement original basé sur ce qu’il convient d’appeler l’état gazeux. Il ne s’agit pas
d’aider les étudiants à créer une entreprise (état de cristallisation) mais plutôt à les aider de passer de l’idée à une opportunité d’affaires. Nous intervenons donc très en amont alors que l’expert-comptable intervient plus en aval. C’est cette collaboration que nous avons mise en place : favoriser le passage de l’état gazeux à l’état de cristallisation des étudiants-entrepreneurs. Trop souvent, les étudiants-entrepreneurs ont recours aux experts-comptables à la fin de leur processus dans une perspective d’obligation par rapport à la création d’entreprise alors qu’un contact plus tôt leur permettrait de se poser un certain nombre de questions intéressantes pour le développement de leur projet. Les premières actions se sont traduites par la mise en place de permanences d’experts-comptables grâce à la Fondation Yzico au sein du PeeL. Ces échanges ont permis de mieux comprendre les attentes des étudiants par rapport à l’expertise-comptable. À partir de cette connaissance, nous avons mis en place une deuxième action : un parcours de formation-action (BeeP pour booster les étudiants du PeeL). L’originalité vient du fait que ce parcours de formation-action a été développé par le PeeL et la Fondation Yzico. Nous avons mobilisé des experts dans différents domaines pour permettre aux étudiants-entrepreneurs de passer un cap. Au final, il s’agit de promouvoir communément les talents issus du territoire lorrain.

C'est demain > Quid du concours récompensant les meilleurs étudiants-entrepreneurs ? 

Yann Ollivier.- Le concours Coup de pouce s’inscrit dans le cadre du parcours BeeP. Depuis janvier, une trentaine d’étudiants-entrepreneurs ont été guidés par le PeeL et la Fondation Yzico et évalués sur plusieurs paramètres. Une dizaine a été retenue pour l’étape suivante : présenter leur future entreprise dans une vidéo de 1 min 30 postée sur YouTube et la page Facebook de la Fondation Yzico. Les projets proposés composaient une palette représentative des tendances actuelles : événementiel numérique, e-commerce pour fans de foot, objets en tissu recyclé, sensibilisation à l’architecture, à l’urbanisme et au paysage, agence d’intérim pour les travailleurs handicapés. La remise des prix aux lauréats a eu lieu le 2 avril dernier, après un passage devant un jury de professionnels. Au final, le projet de Marie Eppe, In extremis, la création d’un lieu éco-responsable sous la forme d’une épicerie vrac et zéro-déchet couplée à une cantine anti-gaspi, locale et végétarienne, l’a emporté.

La Fondation Yzico a remis :
> 2 000€ pour le premier,
> 1 000€ pour le deuxième,
> 500 € pour le troisième
> et une aide de 500 € remise par le jury pour un projet coup de coeur. 

Christophe Schmitt.- La troisième action provient encore une fois des attentes et des besoins des étudiants-entrepreneurs. Nous avons constaté la faiblesse des aides en amont des étudiants-entrepreneurs.
Dans cette perspective, nous avons mis en place un concours octroyant des bourses par la fondation Yzico aux étudiants-entrepreneurs. Le 2 avril dernier, nous avons eu le jury du concours « Coup de pouce » financé par la Fondation Yzico. Ainsi, la fondation Yzico a remis
> 2 000€ pour le premier prix à Marie Eppe dans le cadre de son projet In extremis,
> 1 000€ au second décerné à Camille Zinutti, Chloé Stouque, Jean Ganassin, Amélie Cremonesi avec le collectif Heruditatem,
> et 500€ pour le troisième à Megane Albrecht Delgado avec son projet B’Esst.
> De plus, une aide supplémentaire de 500€ est remise par le Jury destinée à un projet « Coup de Coeur »: la plateforme pour classes préparatoires de Florian Riera.

C’EST DEMAIN > COMMENT ENVISAGER L’AVENIR DU PARTENARIAT FONDATION YZICO-PEEL ?

Yann Ollivier.- C’est un succès grandissant. Par la diversité et la quantité des projets accompagnés. Pour les collaborateurs du Groupe Yzico, c’est une reconnaissance de leurs compétences. Installés dans le Grand Est depuis près de 50 ans, nous sommes référent en matière de conseil. Nous nous devons de continuer cette promotion de la culture d’entreprendre, chez les étudiants notamment. La jeune génération a des codes bien différents de celles de ses devancières. Soutenir le chef d’entreprise de demain est l’une de nos missions. Le partenariat Fondation Yzico-PeeL entre désormais dans sa vitesse de croisière. Le but est d’inclure nos étudiants-entrepreneurs au sein de réseaux où ils trouveront toutes les personnes ressources pour faire aboutir leurs projets. Au final, il s’agit de susciter des vocations sur le territoire lorrain, d’encourager ceux qui se lancent et leur permettre d’acquérir les compétences nécessaires pour mener à bien leurs idées de création d’entreprise.

Christophe Schmitt.- Nous avons mis un certain nombre de nouvelles choses en place ces derniers temps, mais il convient tout d’abord de relancer de nouvelles actions ainsi que de capitaliser sur celles mises en place. Il est nécessaire d’en évaluer leur robustesse afin de voir si cela correspond bien aux besoins des étudiants-entrepreneurs dans le temps. Le socle de cette relation et de cette réussite est à trouver dans le temps de construction entre la Fondation Yzico et le PeeL. Sans cela, il aurait été risqué de développer des actions inappropriées par rapport aux étudiants-entrepreneurs. L’avenir appartient
donc à la collaboration et à la co-construction d’actions communes.

Concours Coup de pouce Fondation Yzico Peel Université de Lorraine