Imprimer

Un investissement réfléchi suppose certains préalables

Avril 2015 - Antoine Véron (Source : Hommes & Métier, CMA)

Dans la mesure où nous n’avons pas de visibilité sur un éventuel retour de la croissance, je conseille aux entreprises d’être prudentes lorsqu’elles envisagent d’investir.

Quand un client me consulte pour un investissement envisagé, je vérifie avec lui certains préalables, comme l’identification du potentiel du marché visé. Il convient ensuite ensemble d’évaluer si l’investissement va permettre d’améliorer la productivité ou d’atteindre le chiffre d’affaires nécessaire pour couvrir les charges liées à l’investissement. Le dernier préalable concerne le mode de financement. Si l’entreprise autofinance son investissement, elle doit faire attention à ne pas se démunir de sa trésorerie. La trésorerie étant le nerf de la guerre, elle peut permettre à l’entreprise de pallier ses baisses d’activités ; n’écartons pas le fait que certaines entreprises existent encore aujourd’hui parce qu’elles ont composé avec leur trésorerie. Cela étant, le niveau des taux d’intérêt actuellement est tel qu’il vaut mieux emprunter et conserver sa trésorerie.